Rbanque.com

Benoit Hamon est un homme politique de gauche qui a occupé de nombreuses fonctions (de député à ministre) avant de se présenter à l’élection présidentielle en 2017. S’il est depuis entré dans l’histoire comme le candidat du PS ayant atteint le score le plus faible (avec moins de 7 % au premier tour), il n’en reste pas moins une figure importante dû socialisme et un homme de conviction et de valeur. Retour sur un parcours (à la fois personnel et politique) hors norme.

La vie personnelle de Benoit Hamon

Avant de s’intéresser à son parcours politique, revenons sur l’enfance et la famille de Benoit Hamon. Né le 26 juin 1967 dans le Finistère (à Saint Renant), Benoit Hamon a toujours revendiqué fièrement ses origines bretonnes. Mais aussi populaires puisque son père travaillait comme chef de travaux à l’Arselan de Brest et sa mère était femme au foyer (et parfois secrétaire) et s’occupait de 4 enfants.

Biographie Benoit Hamon : quel est le parcours du candidat malheureux aux présidentielles de 2017.

Aîné d’une fratrie de 4, il passe une grande partie de son enfance dans la capitale sénégalaise, Dakar. Son père y travaille en tant que coopérant. Benoit Hamon reste cependant discret sur son enfance et ses liens familiaux et en parle très peu (que ce soit dans la presse ou sa biographie officielle).

On sait également de lui qu’il est pacsé (et non marié civilement) à Gabrielle Guallar qui occupe le poste de responsable des Affaires publiques au sein du groupe de luxe français LVMH. Majeure de sa promo à l’IEP de Paris, elle a également tenue le poste de responsable des affaires européennes au sein du Centre National de Cinéma. La carrière de son épouse a d’ailleurs était une source de gène publique pour cette homme de gauche qui a refusé de nombreux entretiens (dont l’émission Une Ambition Intime qui partait à la rencontre des candidats des présidentielles de 2017) par peur de la polémique.

L’éducation de Benoit Hamon

Après avoir empoché son bac, Benoit Hamon débute des études d’économie avant de s’orienter vers l’histoire à la faculté de Brest. Il obtient sa licence en 1991, 5 ans après avoir pris sa carte au PS et commencé à militer (notamment contre la loi Devaquet). Son militantisme le conduit d’ailleurs dans la famille rocardienne qui lui permettra de grimper rapidement en politique. Sur ce point, son parcours est d’ailleur très proche de Manuel Valls, qui deviendra des années plus tard l’un de ses principaux ennemis politiques.

Son parcours politique

Benoit Hamon débute sa carrière politique en tant qu’assistant parlementaire pour le député de la Gironde, Pierre Brana, en 1991 (juste après avoir décroché sa licence). Mais il s’émancipe réellement de la figure tutélaire de Michel Rocard en 1993 lorsque le mouvement des jeunes socialistes prend son indépendance. La première mesure est de donner à ses membres la possibilité d’élire leur propre représentant. C’est Benoit Hamon qui sera élu à sa présidence.

En 1995, Benoit Hamon devient conseiller pour la jeunesse auprès de Lionel Jospin (alors premier secrétaire du parti socialiste. EN 1çç7, suite à la création d’un gouvernement de cohabitation sous la présidence de Jacques Chirac (qui avait dissous l’assemblé), il intègre le cabinet de Martine Aubry qui est alors ministre du travail en tant que conseiller technique chargé de l’emploi des jeunes. Il occupera par la suite le poste de conseiller en Affaires Publiques.

En 2001, Benoit Hamon remporte ses premières élections et devient conseiller municipal de la ville de Brétigny sur Orge, en Essonne. C’est son premier mandat politique. Un an plus tard, c’est la défaite cuisante de Lionel Jospin qui n’atteint pas le second tour des présidentiels (et la montée du Front National). Il devient le directeur du Planning Stratégique de l’institut de sondage IPSOS et créé le Nouveau Parti Socialiste avec Montebourg, Peillon et Dray.

En 2004, Hamon est élu député européen dans un contexte difficile. Le débat sur l’adoption du traité sur la Constitution européenne fait rage et il vote pour le non lors du référendum interne du parti socialiste (auprès de Fabius, Valls, et toujours Montebourg).

Carrière et Mandats au sein dû PS

Un an plus tard, son mouvement obtient près de 25 % des voix au congrès du Man. Il refuse pourtant un accord avec son premier secrétaire de l’époque, François Hollande. Cependant, il deviendra le secrétaire national chargé de l’Europe (malgré sa position pour le non) la même année.

Lors des primaires pour les présidentielles de 2007, il soutient Fabius et démissionne suite à la victoire du oui au sein du PS pour la ratification du traité de Lisbonne. En 2008, il devient le porte parole du parti. Position qu’il occupera jusqu’en 2012, après avoir obtenu près de 19 % des suffrages des militants socialistes.

La vie personnelle de Benoit Hamon

En 2012, et après l’élection du président socialiste François Hollande, il devient ministre délégué à l’Economie sociale et solidaire et gagne la 11e circonscription des Yvelines aux législatives. Dans le premier gouvernement Valls, il obtiendra cependant un plus gros portefeuille en devenant ministre de l’Education nationale, de la Recherche et de l’Enseignement supérieur. Un poste qu’il occupera brièvement puisqu’il sortira dû gouvernement avec les frondeurs du PS (donc Montebourg qui avait organisé un ralliement contre Hollande à Frangy sur Bresse en 2014).

Il gagnera par la suite les primaires socialistes pour la présidentielle de 2017. Candidat malheureux, il rassemblera péniblement 6,35 % des votes. Le pire score obtenu par un candidat socialiste depuis les élections de 1974. Depuis, il a fondé son propre mouvement politique Génération(s).

Pour en savoir plus sur le programme porté par Benoit Hamon lors des présidentielles de 2017. Et les dessous de sa défaite cuisante, lisez notre article complet à ce sujet !